Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Discours de Madame Denise Bocquillet concernant le rapport d’observations définitives arrêté par la chambre régionale des comptes concernant » le maintien à domicile des personnes âgées en perte d’autonomie »

Monsieur le Président,

Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux,

La chambre régionale indique dans son rapport  que la majorité des actions prévues dans le schéma départemental des personnes âgées  ont été engagées mais certaines n’ont pas été achevées comme la professionnalisation des intervenants et la qualité des prestations des services à domicile.

Que ce soit sous le prisme de l’Economie Sociale et Solidaire ou celui de l’accompagnement des personnes en perte d’autonomie, le département a engagé un réel travail auprès des structures d’aide à domicile permettant à terme d’améliorer la qualité des prestations et d’accompagner les processus de fusion et il convient de le souligner. Nous avons d’ailleurs toujours voté les propositions allant dans ce sens.

Mais un important travail reste à faire dans ce secteur en forte mutation depuis quelques années. La chambre souligne que le taux de qualification des intervenants est passé de 67 à 71% au sein des SAAD. Si une progression existe, il nous apparaît indispensable que l’ensemble du personnel des services d’aide à domicile puisse disposer d’une formation adaptée aux prestations qui sont demandées. Cela nous apparaît être une nécessité afin de garantir un accompagnement de qualité aux personnes dans un contexte où l’âge d’entrée en établissement recule.

La chambre remarque aussi que le nombre de SAAD autorisés présentant un déficit important a doublé de 2009 à 2012. Fin 2012, 57.14% au total des services affichaient un déficit important (plus de 5% des recettes). Cette réalité interroge également le fonctionnement de ces structures et la qualification des personnes en responsabilités. Au-delà de la formation des intervenants sur le terrain, notre groupe souhaite que le département joue son rôle afin d’inciter à la montée en qualification des chefs de service et directeurs.

Depuis janvier 2011, le département considère que les gestionnaires doivent assumer seuls leur gestion dans la mesure où les budgets sont arrêtés et qu’ils couvrent les charges. Pour autant nous ne pouvons pas nous contenter de nous extraire de leur gestion et nous devons accompagner le secteur à se restructurer avec des responsables capables de gérer ces nouvelles entreprises et d’équilibrer leur budget.

Je vous remercie,

 

Seul le prononcé fait foi

Les commentaires sont fermés.