Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • INTERVENTION DE ROBERT THERRY SUR LES MOYENS INDIVIDUELS DES CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX EN MATIERE D’INFORMATIQUE ET DE TELECOMMUNICATIONS

    Monsieur le Président,

    Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux,

     

    Cette délibération me permet de revenir quelques mois en arrière. Souvenez-vous nous étions au mois de novembre 2014 et vous présentiez le rapport présentant la situation de l’institution en matière de développement durable. 

    A cette occasion, j’ai présenté une série de propositions. Je vais vous faire lecture d’une partie de mon intervention : 

    « Concernant la consommation de papier, nous constatons que la consommation de papier a augmenté de 3%. Nous avons les moyens d’engager une baisse significative de la consommation par une mesure simple. Chers collègues, rattrapons notre retard et passons enfin au numérique.  A l’heure de la tablette pour les collégiens, nous en sommes encore avec des rapports de commission permanente de 1500 pages. Ce n’est pas économique et encore moins écologique. Comme nous savons que les documents numériques sont disponibles bien avant le format papier cela vous permettra de communiquer les documents plus tôt, la démocratie ne s’en sortira que mieux. Démocratie, Ecologie, Economie… voilà une bonne proposition… » 

    Malheureusement cette proposition avait été balayée d’un revers de main en me demandant si je ne voulais pas « non plus choisir la couleur des capuchons de crayons ». A coup sûr, vous aviez vu rouge et aujourd’hui vous passez au vert. 

    Nous sommes heureux que la proposition du groupe Union Action 62 soit aujourd’hui mise en application et nous vous encourageons à persévérer dans ce domaine. 

    Pourquoi ne pas dématérialiser la fiche générale 62 ou encore le 6-2 cœur envoyé par voie postale à chaque agent du département… Nous avons encore du pain sur la planche dans ce domaine mais vous pouvez compter sur nos propositions.

     

    Je vous remercie,

    Seul le prononcé fait foi,

  • Intervention de Pierre-Henri DUMONT sur l'INDEMNITE DE FONCTION DES CONSEILLERS DEPARTEMENTAUX

    Monsieur le Président,

    Mesdames, Messieurs les Conseillers départementaux,

     

    Lors de la séance de droit du 2 avril 2015, notre Groupe avait proposé de baisser les indemnités des élus du Département de 10%.

    Cette proposition, nous souhaitons la renouveler aujourd’hui, et c’est le sens de l’amendement déposé.

    Certains pourraient penser qu’il s’agit ici de faire excès de démagogie, voire d’un populisme malvenu.

    Loin de nous cette idée.

    Goethe disait, dans Faust, que « tout ce qui passe n’est que symbole ».

    Le Groupe Union Action 62 croît dans ce symbole de diminution des indemnités des élus, et c’est pour cela que nous le proposions dès le début de notre campagne électorale.

    Comprenez-bien mes, chers collègues, que dans cette période économique difficile où beaucoup de sacrifices sont demandés à nos concitoyens, déjà accablés de 90 milliards d’euros d’impôts nouveaux depuis 2012, il est parfaitement logique que les élus montrent l’exemple et s’imposent les mêmes efforts que ceux demandés à tous les Français.

    Cette démarche courageuse, quelques jours après les élections départementales où la montée des extrêmes et l’explosion de l’abstention furent les deux faits saillants de la défiance renforcée des habitants du Pas-de-Calais envers la politique permettrait de rassurer les habitants de notre département à la recherche de symboles et de les réconcilier, en partie, avec la politique.

    Mais au-delà du symbole, une telle diminution de 10% des indemnités des élus permettrait de réaliser des économies importantes dans les dépenses de fonctionnement de notre institution. Baisser l’indemnité des élus permettrait, en effet, d’économiser 360 000€ par an soit 2 160 000€ sur le mandat.

    2160000€, ce sont 108 projets financés dans le cadre du programme d’équipement rural destiné à l’amélioration de la vie collective des habitants des communes de moins de 2 000 habitants, ou encore 8640 jeunes supplémentaires aidés pour leur première installation, ou même près de 500 jeunes de moins de 30 ans ou bénéficiaires du RSA soutenus pour créer leur entreprise dans le Pas-de-Calais.

    Monsieur le Président,

    Mesdames, Messieurs les élus, chers collègues,

    Il ne s’agit pas d’être démagogues ou populistes, mais simplement d’être solidaires d’une population à qui on demande des efforts et qui souffre, plus encore ici qu’ailleurs.

    Voici, Monsieur le Président, les raisons qui nous amènent à proposer cet amendement de bon sens.

    Je vous remercie,

     

    Seul le prononcé fait foi,


  • Intervention d'Alexandre MALFAIT sur la troisième saison des "Ch'Mins de Traverse"

    Monsieur le Président, mes chers collègues,

    Après deux premières éditions, une sur le territoire d’Henin-Carvin et l’autre sur le territoire de l’Arrageois, il nous est demandé de se positionner sur la programmation culturelle et artistique de la troisième saison des « Ch’Mins de traverse » qui se déroulera sur le territoire du Ternois.

    Il ne s'agit pas ici de remettre en cause l'intérêt de cet évènement, au vu de la très grande qualité des spectacles proposés, mais de vous faire part de notre interrogation quant à la durée finalement très courte de ce festival, au regard du nombre très important de spectacles programmés.

    Il nous apparaît opportun de repenser à l'avenir "chmins de traverse" sous la forme d'une véritable saison culturelle, qui pourrait démarrer par exemple à l’automne et se terminer au printemps, afin de faciliter l’organisation des actions de médiation et les collaborations avec les équipements culturels, établissements scolaires, associations et les publics des territoires concernés.

    Un travail organisé plus en amont nous apparaît également nécessaire sur le plan de la communication, notamment dans les territoires ruraux. Il est en effet regrettable de constater que des spectacles n'aient pas connu le succès, faute d'information suffisante auprès des publics ou simplement parce que le travail de communication a été réalisé un peu tard..

    Aussi, nous aurions souhaité pourvoir se positionner à la lecture d’un bilan précis. Même si cette troisième édition est d’un montant plus raisonnable que les précédentes (Ternois : 400 000€), ces manifestations représentent des sommes importantes pour la Collectivité.

    Pour conclure, nous voterons pour ce dispositif, mais nous souhaitons à partir de bilans précis des trois éditions, redéfinir ensemble cette politique culturelle et sa complémentarité avec les autres dispositifs existants.

    Je vous remercie.

    Seul le prononcé fait foi


  • Intervention de Denise BOCQUILLET sur la formation des commissions internes du Conseil départemental

    Monsieur le Président,

    Mesdames, Messieurs les Conseillers départementaux,

     

    La formation des commissions internes n’est pas une chose aisée. Elle nécessite de faire des choix.

    Le Groupe Union Action 62 a proposé la réduction du nombre de Vice-présidents ce qui aurait permis de faire coïncider les postes de Vice-présidents avec ceux de présidents de commission. Nous aurions gagné en lisibilité, en efficacité et tout cela en réalisant des économies de fonctionnement.

    Notre proposition n’a pas été retenue et nous en prenons acte.

    Néanmoins nous pensons que l’organisation a été rendue plus complexe. En effet, avec des commissions de 14 membres, 6 élus appartiendront à deux commissions. Celles-ci ne pourront donc plus forcément se tenir simultanément pour permettre aux élus de siéger.

    Comme vous le savez, nous avons fait de l’intergénération une priorité forte de notre programme d’alternance. Nous entendons souvent les élus de tout bord politique parler du vivre ensemble mais peu débattent de la manière de vivre ensemble et des actions concrètes à mettre en place. Notre groupe a voulu développer un projet de vivre ensemble par la solidarité entre les générations. A nos yeux, le département du Pas-de-Calais peut jouer un rôle moteur en encourageant les initiatives et en repensant les politiques départementales.

    Nous craignons que la séparation des personnes âgée et des jeunes dans deux commissions différentes viennent renforcer un cloisonnement que nous avons déjà remarqué dans les politiques de la majorité départementale. De plus, le vivre ensemble et l’intergénération n’apparaissent nulle part. En ce sens, nous proposons que des temps communs soient organisés régulièrement entre les commissions 2 et 3 pour penser et repenser chaque politique sous le prisme de l’intergénération.

    Nous devons changer notre façon d’appréhender les questions sociales et remettre du lien entre les habitants du Pas-de-Calais. Notre département doit porter cet enjeu majeur pour les prochaines années.

    Monsieur le Président, nous comptons sur vous pour mettre fin au cloisonnement des politiques du département et pourquoi pas organiser dans notre département des assises du vivre ensemble par l’intergénération.

    Je vous remercie,

    Seul le prononcé fait foi


  • Intervention de Michel PETIT sur l'adoption du réglement intérieur du Conseil départemental

    Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers départementaux,

    Il y a un peu plus de vingt jours lors du discours de clôture des Présidents de Groupe, nous avons demandé qu’une commission préparatoire soit organisée afin que les élus puissent participer ensemble à l’élaboration du règlement intérieur et ainsi construire les conditions du respect du pluralisme politique au sein de cette assemblée.

    Notre proposition est restée sans réponse et nous le regrettons.

    A la lecture du Règlement intérieur, notre groupe avait deux possibilités s’abstenir ou voter contre. En effet, le texte présenté, outre de nombreux points discutables, faisait l’impasse sur deux points essentiels : l’information et la transparence que nous devons à la population.

    Ces exigences sont à la base du mandat de chacun ici présent. Notre Groupe a fait de ces exigences un engagement de son programme d’alternance, c’est pourquoi nous avons proposé un certain nombre de modifications du règlement intérieur allant dans ce sens.

    Si certains de nos amendements concernant la transmission des informations aux groupes d’élus ont été retenus, vous avez rejeté en bloc ceux permettant aux habitants du Pas-de-Calais d’accéder via le site internet aux comptes-rendus et relevés de décision.

    Ainsi nous n’avons pas obtenu gain de cause concernant la retransmission automatique des séances plénières, la possibilité de créer des commissions ad hoc comme c’était le cas par le passé, l’élection des présidents des commissions territoriales par les élus de chaque territoire conformément au vote des électeurs, la communication sur internet des relevés de décision de la Commission Permanente, la mise en ligne des comptes-rendus de séances plénières, la création d’un trimestriel départemental à moyen constant en redéployant les moyens financiers accordés à l’association L’écho du Pas-de-Calais qui permettrait de ne pas limiter l’expression des groupes au site internet….

    Sur ce point, nous attendons des évolutions rapides. Le département est l’une des rares collectivités qui ne dispose pas d’un journal qui permettrait non seulement de mieux communiquer mais aussi aux groupes politiques de s’exprimer à destination des habitants. En parallèle, le département subventionne l’association l’écho du Pas-de-Calais à hauteur de 1 549 100€ par an.

    Monsieur le Président, nous nous abstiendrons sur ce règlement intérieur car vous n’avez fait le choix de la transparence et de l’accès aux informations par internet pour les citoyens. La création d’un espace Open Data était l’un de nos engagements et nous continuerons à le défendre.

    Nous resterons également extrêmement vigilants car nous savons par expérience que bien que le règlement intérieur est fait pour être appliqué, il ne l’a pas toujours été…

    Seul le prononcé fait foi

  • Intervention de Bruno COUSEIN sur les propositions de transformation d'emplois et de création d'emplois

     Monsieur le Président, Cher collègues,

    Ce rapport nous propose plusieurs propositions de transformation d’emploi et de création d’emploi dans le but d’optimiser l’organisation du travail.

    Si ce principe est essentiel pour le bon fonctionnement de n’importe quelle structure, certaines transformations de postes sont liées à l’organisation des services pour lesquelles  nous ne sommes pas en capacité de mesurer au cas par cas l’opportunité des transformations et créations d’emplois.

    Par ailleurs, ces transformations ou créations d’emplois impactent une organisation administrative sur laquelle nous émettons quelques réserves. En effet, nous pensons qu’il existe au sein du Département une organisation hiérarchique lourde qui complique le fonctionnement de l’administration. Cette analyse n’est pas seulement la notre puisque la CGT dénonce également des personnes présentes dans  les organigrammes mais jamais présentes dans les services. Ainsi, nous souhaitons qu’un redéploiement de certains postes du siège vers le cœur de métier du Département, c'est-à-dire l’accompagnement de la population, soit opéré.

    Enfin, notre Groupe est intervenu à plusieurs reprises pour rappeler la nécessité de maitriser les dépenses de personnel. Or, ces dépenses augmentent régulièrement depuis plusieurs années et ceci en dépit du GVT (Glissement Vieillissement Technicité). Nous souhaitons rappeler les recommandations de la Cour des Comptes qui demandent aux collectivités locales de participer davantage à l’effort de réduction des finances publiques en passant notamment par la bonne maitrise de leur masse salariale.

    Sur ce rapport, comme sur le prochain, le Groupe s’abstiendra, non pas parce qu’il remet en cause la nécessaire adaptation des ressources du Département, mais parce que nous n’avons pas tous les éléments pour se positionner sur la création ou la transformation de ces emplois qui font partie intégrante d’une politique de ressources humaines à améliorer. 

    Je vous remercie,

    Seul le prononcé fait foi

     

     

     

  • Discours de clôture de la séance de droit du Conseil départemental - Séance de droit du 2 avril 2015

    Mesdames, Messieurs les conseillers départementaux,

    Chers collègues,

    Nous venons de participer à la première séance plénière de cette nouvelle mandature au cours de laquelle le Conseil départemental a élu son président et les membres de la Commission permanente. Le troisième tour est donc terminé et nous allons pouvoir nous remettre au travail le plus vite possible sur des questions de fond.

    Nous espérons que le Président du Conseil départemental laissera toute sa place à l’opposition, chose que nous avons souvent reprochée au Président du Conseil Général. Dès la fin du mois, nous nous retrouverons pour voter le règlement intérieur. Nous souhaitons qu’une commission préparatoire soit organisée afin de pouvoir participer à son élaboration. Ce texte permettra à tous les cantons de s’exprimer au sein de l’hémicycle dans le respect du pluralisme politique.

    Cette séance est une première déception. Elle tire un trait sur la représentativité des territoires et consacre la commission permanente comme l’outil privilégié d’une majorité fragile.

    Nous serons extrêmement vigilants au nouveau fonctionnement de l’assemblée car nous savons par expérience que la marge de progrès est importante. Dès aujourd’hui, nous demandons au nouveau président de répondre à nos demandes d’informations qui datent de 2014 et 2015 qui n’ont à ce jour toujours pas été honorées. Nous nous tenons à votre disposition pour faire l’inventaire de celles-ci. Hier, nous étions 13 aujourd’hui nous sommes 26 et nous parlons au nom de 461 223 habitants du Pas-de-Calais et de communes.

    A la fin du mois, les nouvelles commissions thématiques seront installées et permettront à notre groupe de s’investir pleinement dans le travail de fond.

    Je vous le redis notre groupe s’est construit autour d’une colonne vertébrale : notre programme d’alternance pour le Pas-de-Calais. Si notre projet ne nous a pas permis d’être majoritaires, il a démontré qu’il représentait une alternative crédible pour les habitants. Il nous servira à amender vos propositions et à nous positionner.

    Nous aurons l’occasion de le préciser tout au long du mandat mais aujourd’hui nos axes sont clairs :

    • Agir pour l’emploi dans le Pas-de-Calais : C’est aujourd’hui la première préoccupation des habitants. Nous devons pouvoir travailler avec la région pour encourager les entreprises privées à s’installer chez nous. Notre accompagnement des bénéficiaires du RSA coûte beaucoup d’argent sans permettre le retour à l’emploi du plus grand nombre. Il y a sûrement de nouvelles perspectives à explorer.
    • Réinventer le vivre ensemble par l’intergénération : L’heure n’est plus au clivage entre les générations. La priorité est autant à l’autonomie des jeunes qu’à l’accompagnement de la perte d’autonomie des personnes âgées. Le développement de la Silver Economie est l’une des réponses communes.
    • Appliquer au département des règles de bonne gestion : Nos concitoyens n’en peuvent plus de la pression fiscale. Nous considérons que faire des économies de fonctionnement n’est pas la même chose que mener des politiques d’austérité. Nous pouvons simplifier notre administration et gagner en efficacité tout en réalisant des économies. 1 euro dépensé devra être 1 euro utile pour tous les habitants du Pas-de-Calais.
    • Faire basculer le Pas-de-Calais dans le XXIème siècle : Nous nous sommes largement exprimés sur la question par le passé. Notre département a payé le prix fort de son retard en matière de déploiement du haut débit. Nous devons rattraper ce retard, c’est une question d’attractivité mais surtout d’égalité des territoires. Mais nous devons d’ores et déjà nous mettre en situation d’être à la pointe des technologies de demain.
    • Soutenir le développement de tous les territoires : Les territoires ruraux souffrent. La baisse des dotations de l’Etat a et aura un impact considérable sur les projets de petites communes. Nous conserverons notre compétence en matière de solidarité envers les territoires. Il nous faudra mieux les accompagner et dégager les marges de manœuvre pour pouvoir accompagner l’investissement.
    • Investir dans l’avenir par l’éducation : Nous avons de grands chantiers à mener à destination des plus jeunes. Les questions de l’accueil des jeunes enfants, de la protection de l’enfance mais également de la culture et du sport comme vecteur de valeurs devront rapidement être mises sur la table.
    • Faire rimer mobilité et sécurité : le déplacement quotidien des habitants qu’il soit sous forme de covoiturage, de transport en commun, en vélo ou en voiture individuelle doit pouvoir se faire en toute sécurité. Notre action doit également s’inscrire dans un principe de développement durable, ce qui n’est pas toujours le cas comme l’ont démontré certains audits.
    • Mettre en valeur notre terroir et nos traditions par le soutien à l’agriculture : Notre département, c’est une âme, une identité et des traditions. Aujourd’hui l’agriculture doit retrouver toute sa place dans nos débats. L’agriculture biologique certainement mais pas seulement. A la clef, c’est de l’emploi pour nos jeunes mais aussi un enjeu majeur : nourrir les habitants avec des produits de proximité.

    Chers collègues, nous avons 6 ans devant nous. 6 ans pour confronter nos points de vue, 6 ans pour travailler pour le Pas-de-Calais.

    L’avenir du département dépendra de la volonté du nouveau président d’associer tous les élus et donc toute la population ou de se retrancher derrière une majorité de combat étriquée et qui refuse de rompre avec le sectarisme.

    Je vous remercie,

  • Intervention concernant les délégations à la commission permanente - séance de droit du 2 avril 2015

    Mesdames, Messieurs les conseillers départementaux,

    Chers collègues,

    A la lecture du rapport, nous comprenons mieux le refus de la nouvelle majorité de passer la commission permanente à 40 membres (président inclus) et ainsi donner une voix à chaque canton. En effet depuis dimanche soir, il semblerait que la nouvelle majorité départementale se soit employée à fabriquer une majorité plus large que celle que les citoyens lui ont accordée dimanche.

    En effet avec une commission permanente composée de 38 membres (président inclus), la majorité départementale s’octroie 4 voix de plus que l’opposition alors qu’elle n’en possède que 2 au sein de l’hémicycle.

    Après avoir créé des conditions plus favorables mais contraire à l’issue des urnes, vous proposez d’accorder une délégation totale sur toutes les matières relevant de l’assemblée départementale à l’exception de celles prévues par la loi.

    En 2011, la délibération avait le mérite de distinguer précisément pour une bonne organisation de la gouvernance « les affaires dans lesquelles la Commission Permanente aura vocation à statuer de celles dans lesquelles le Conseil Général pourra seul délibérer ».

    Nous avons de sérieuses craintes pour l’avenir. La commission permanente doit rester le lieu de décision des affaires courantes.

    Nous voterons contre cette délibération et demandons encore et toujours de la transparence.

     

  • Discours de déclaration de candidature de Michel PETIT à la présidence du Conseil départemental du Pas-de-Calais

    Mesdames, Messieurs les conseillers départementaux,

    Chers collègues,

    Dimanche dernier les habitants du Pas-de-Calais ont choisi leurs représentants pour siéger au sein du Conseil départemental. Du résultat de ces élections nous pouvons tirer un message fort et urgent : répondre concrètement aux attentes prioritaires de la population.

    Cette analyse, chers collègues, vous ne pouvez l’ignorer. Les habitants du Pas-de-Calais attendent de nous que nous puissions répondre aux inégalités grandissantes et cela en exerçant notre mandat en toute transparence et avec exemplarité.

    Pour ce faire, l’assemblée départementale a été profondément modifiée. Elle s’est féminisée, rajeunie et les forces en présence ont évoluées : 34 élus du Parti Socialiste, 26 élus de l’Union de la droite, du centre et des indépendants, 12 élus du Front National, 4 élus du Front de Gauche et 2 élus divers gauche non soutenus par la majorité départementale.

    Les habitants du département se sont prononcés et plus rien ne sera jamais comme avant dans le Pas-de-Calais. Le message des urnes doit être entendu et respecté.

    Sur 78 élus, seuls 34 ont été soutenus par la majorité départementale dès le premier tour. D’une manière ou d’une autre, la population a majoritairement rejeté la politique et le bilan défendu par la majorité départementale. Il est nécessaire d’en prendre conscience et d’en tirer les enseignements.

    Au cours de la campagne, ni les élus dissidents, ni le Front de Gauche n’a été tendre avec le bilan socialiste. Mais force est de constater qu’après les négociations de troisième tour et la distribution de vice-présidence, une courte majorité se dégage en faveur des forces de gauche.

    Hier le Parti Socialiste et les communistes dominaient le département avec 64 élus. Le groupe d’opposition Union Action 62 se composait de 13 membres. Nous n’étions jamais écoutés mais toujours méprisés, nous et les électeurs que nous représentions. Nous avions un président de parti à la tête du département mais pas de président du Conseil Général.

    Aujourd’hui, le Parti Socialiste, le Front de gauche et un binôme dissident du Parti Socialiste composent une majorité de 40 élus. Le groupe d’opposition de la Droite, du Centre et des Indépendants double ses effectifs pour les porter à 26 et représente 461 000 habitants et 516 communes. Un nouveau groupe d’opposition avec des valeurs radicalement opposées aux nôtres s’est constitué autour de 12 élus.

    Le peuple à parler et nous avons tous un point commun, nous sommes élus pour représenter notre canton et leurs habitants. Nous avons la légitimité des urnes.

    Ces résultats sont un signal fort et vous devez en prendre conscience. Vous devez remettre à plat les politiques départementales, prioriser l’action du Département et changer de gouvernance.

    Il est urgent de recentrer l’action du Département sur tous les habitants du Pas-de-Calais.

    A la colère de la population, il faut cesser de se cacher derrière des responsabilités nationales et engager des actions concrètes. Nous sommes élus pour décider, vous devez rendre le département transparent et exemplaire. Nous n’avons pas attendu les élections pour le dire au sein de cette assemblée. Nous n’arrêterons pas de le réclamer et nous le réclamerons encore plus fort à 26.

    Chers collègues, nous avons demandé au Président en exercice jusqu’à aujourd’hui de vous faire part de 3 propositions :

    • Nous proposons de passer de 15 VP à 10 afin de garantir l’efficacité du nouveau conseil départemental. Certaines Vice-présidences n’étaient pas justifiées, d’autres aboutissaient à un cloisonnement préjudiciable des politiques départementales. Cette réduction du nombre de VP permettra également d’optimiser les Ressources Humaines qui sont mises à leur disposition.
    • Comme nous l’avions déjà demandé par la voix de Jean-Marie LUBRET, nous proposons également de baisser l’indemnité de tous les élus de 10%, non pas par démagogie mais parce qu’il sera nécessaire au cours du mandat de réduire les dépenses de fonctionnement. Il paraît symbolique d’imposer les mêmes règles aux élus et de montrer l’exemple.
    • Nous proposons également que la commission permanente soit composée de 39 membres afin que chaque canton puisse être représenté et ainsi respecter une démocratie ascendante des cantons vers Arras. La composition actuelle fixée à 37 ne repose sur aucune logique particulière et 2 chargés de mission siègent à titre consultatif. Dans un souci de clarification, de représentativité territoriale et en défendant les valeurs fondatrices de la territorialisation, nous ne pouvons concevoir de sacrifier la représentation de 2 cantons peu importe leur couleur politique.

    Chers collègues, vous aurez à vous positionner sur notre proposition lors du prochain point à l’ordre du jour conformément à notre demande. Nous comptons sur tous les élus pour soutenir cette proposition en conformité avec le vote des citoyens. Nous savons tous que les institutions doivent être plus proches du citoyen et plus lisibles. Alors que le redécoupage électoral a porté un coup à la proximité du conseiller départemental, nous pouvons aujourd’hui en tirer parti pour assurer la représentation de tous les citoyens au sein de la commission permanente.

    Qui peut s’opposer ? La majorité départementale qui dit vouloir mettre le citoyen au cœur de la territorialisation ? Le Front de gauche qui milite et s’est fait élire sur la démocratie participative et le référendum populaire ? Les dissidents socialistes qui se sont fait élire sur le rejet des appareils politiques ? Le Front national qui défend également le recours au référendum et la proportionnelle ?

    Le Conseil départemental ne pourra pas fonctionner comme le Conseil général et c’est pourquoi nous appelons de nos vœux l’élection d’un président du Conseil départemental qui ne représente pas son parti mais tous les cantons.

    Nous demandons du respect, de tenir compte de nos propositions, de nos amendements, d’un échange fructueux et favorable aux habitants. Bref, nous demandons de rompre avec le mépris d’hier.

    Notre groupe s’est constitué autour d’un projet alternatif qui a été présenté aux électeurs. S’il regroupe des élus de la droite et du centre, il est principalement composé d’hommes et de femmes indépendants attachés à défendre leur canton et des propositions pragmatiques pour le Pas-de-Calais. Nous ne sommes pas un groupe de politique politicienne… Nous voulons être un groupe Politique avec un grand P et redonner du sens et des valeurs à ce mot. C’est-à-dire faire de la politique avec du cœur et du bon sens, laisser les querelles parisiennes à Paris et mettre les habitants du Pas-de-Calais au cœur de son action.

    Mes chers collègues, plus rien ne sera jamais comme avant,

    Le pluralisme politique s’impose à nous, nous le constatons physiquement aujourd’hui… Nous ne voulons pas d’un Président qui écoute d’une oreille et marche sur un pied. Nous voulons travailler ensemble pour le Pas-de-Calais.

    Je vous remercie.