Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

Discours de clôture de la séance de droit du Conseil départemental - Séance de droit du 2 avril 2015

Mesdames, Messieurs les conseillers départementaux,

Chers collègues,

Nous venons de participer à la première séance plénière de cette nouvelle mandature au cours de laquelle le Conseil départemental a élu son président et les membres de la Commission permanente. Le troisième tour est donc terminé et nous allons pouvoir nous remettre au travail le plus vite possible sur des questions de fond.

Nous espérons que le Président du Conseil départemental laissera toute sa place à l’opposition, chose que nous avons souvent reprochée au Président du Conseil Général. Dès la fin du mois, nous nous retrouverons pour voter le règlement intérieur. Nous souhaitons qu’une commission préparatoire soit organisée afin de pouvoir participer à son élaboration. Ce texte permettra à tous les cantons de s’exprimer au sein de l’hémicycle dans le respect du pluralisme politique.

Cette séance est une première déception. Elle tire un trait sur la représentativité des territoires et consacre la commission permanente comme l’outil privilégié d’une majorité fragile.

Nous serons extrêmement vigilants au nouveau fonctionnement de l’assemblée car nous savons par expérience que la marge de progrès est importante. Dès aujourd’hui, nous demandons au nouveau président de répondre à nos demandes d’informations qui datent de 2014 et 2015 qui n’ont à ce jour toujours pas été honorées. Nous nous tenons à votre disposition pour faire l’inventaire de celles-ci. Hier, nous étions 13 aujourd’hui nous sommes 26 et nous parlons au nom de 461 223 habitants du Pas-de-Calais et de communes.

A la fin du mois, les nouvelles commissions thématiques seront installées et permettront à notre groupe de s’investir pleinement dans le travail de fond.

Je vous le redis notre groupe s’est construit autour d’une colonne vertébrale : notre programme d’alternance pour le Pas-de-Calais. Si notre projet ne nous a pas permis d’être majoritaires, il a démontré qu’il représentait une alternative crédible pour les habitants. Il nous servira à amender vos propositions et à nous positionner.

Nous aurons l’occasion de le préciser tout au long du mandat mais aujourd’hui nos axes sont clairs :

  • Agir pour l’emploi dans le Pas-de-Calais : C’est aujourd’hui la première préoccupation des habitants. Nous devons pouvoir travailler avec la région pour encourager les entreprises privées à s’installer chez nous. Notre accompagnement des bénéficiaires du RSA coûte beaucoup d’argent sans permettre le retour à l’emploi du plus grand nombre. Il y a sûrement de nouvelles perspectives à explorer.
  • Réinventer le vivre ensemble par l’intergénération : L’heure n’est plus au clivage entre les générations. La priorité est autant à l’autonomie des jeunes qu’à l’accompagnement de la perte d’autonomie des personnes âgées. Le développement de la Silver Economie est l’une des réponses communes.
  • Appliquer au département des règles de bonne gestion : Nos concitoyens n’en peuvent plus de la pression fiscale. Nous considérons que faire des économies de fonctionnement n’est pas la même chose que mener des politiques d’austérité. Nous pouvons simplifier notre administration et gagner en efficacité tout en réalisant des économies. 1 euro dépensé devra être 1 euro utile pour tous les habitants du Pas-de-Calais.
  • Faire basculer le Pas-de-Calais dans le XXIème siècle : Nous nous sommes largement exprimés sur la question par le passé. Notre département a payé le prix fort de son retard en matière de déploiement du haut débit. Nous devons rattraper ce retard, c’est une question d’attractivité mais surtout d’égalité des territoires. Mais nous devons d’ores et déjà nous mettre en situation d’être à la pointe des technologies de demain.
  • Soutenir le développement de tous les territoires : Les territoires ruraux souffrent. La baisse des dotations de l’Etat a et aura un impact considérable sur les projets de petites communes. Nous conserverons notre compétence en matière de solidarité envers les territoires. Il nous faudra mieux les accompagner et dégager les marges de manœuvre pour pouvoir accompagner l’investissement.
  • Investir dans l’avenir par l’éducation : Nous avons de grands chantiers à mener à destination des plus jeunes. Les questions de l’accueil des jeunes enfants, de la protection de l’enfance mais également de la culture et du sport comme vecteur de valeurs devront rapidement être mises sur la table.
  • Faire rimer mobilité et sécurité : le déplacement quotidien des habitants qu’il soit sous forme de covoiturage, de transport en commun, en vélo ou en voiture individuelle doit pouvoir se faire en toute sécurité. Notre action doit également s’inscrire dans un principe de développement durable, ce qui n’est pas toujours le cas comme l’ont démontré certains audits.
  • Mettre en valeur notre terroir et nos traditions par le soutien à l’agriculture : Notre département, c’est une âme, une identité et des traditions. Aujourd’hui l’agriculture doit retrouver toute sa place dans nos débats. L’agriculture biologique certainement mais pas seulement. A la clef, c’est de l’emploi pour nos jeunes mais aussi un enjeu majeur : nourrir les habitants avec des produits de proximité.

Chers collègues, nous avons 6 ans devant nous. 6 ans pour confronter nos points de vue, 6 ans pour travailler pour le Pas-de-Calais.

L’avenir du département dépendra de la volonté du nouveau président d’associer tous les élus et donc toute la population ou de se retrancher derrière une majorité de combat étriquée et qui refuse de rompre avec le sectarisme.

Je vous remercie,

Les commentaires sont fermés.